Les Rampes Saint Michel

Les Rampes Saint Michel

Site et monument historique, Patrimoine historique, Inscrit (Monument historique) à Menton
  • Les Rampes dont la partie haute est classée au titre des Monuments historiques date du milieu du XVIIIe siècle et la partie basse de la Seconde Guerre mondiale à fait l'objet d'une récente restauration.

  • Historique :
    Les rampes sont construites à partir de 1753. La partie supérieure porte le nom de deux prêtres de la paroisse Saint-Michel, les chanoines Ortmans et Gouget. Elles sont prolongées de la rue Longue au quai Bonaparte en 1941.Ces rampes divergentes confèrent une dimension théâtrale à l’ensemble baroque du parvis et des deux églises. Face aux rampes Saint-Michel, s’élève l’hôtel Pretti de Saint Ambroise. En 1533, la famille Pretti fait construire un bel édifice dans la rue Longue....
    Historique :
    Les rampes sont construites à partir de 1753. La partie supérieure porte le nom de deux prêtres de la paroisse Saint-Michel, les chanoines Ortmans et Gouget. Elles sont prolongées de la rue Longue au quai Bonaparte en 1941.Ces rampes divergentes confèrent une dimension théâtrale à l’ensemble baroque du parvis et des deux églises. Face aux rampes Saint-Michel, s’élève l’hôtel Pretti de Saint Ambroise. En 1533, la famille Pretti fait construire un bel édifice dans la rue Longue. En 1705, Antoine 1er Grimaldi anoblit Alexandre Pretti et lui confère le fief de Saint-Ambroise au quartier Carnolès. Cette demeure patricienne offre au regard une masse imposante caractéristique de l’architecture baroque génoise du XVIIe siècle. A cette austérité s’oppose un riche décor intérieur et un escalier monumental rehaussé d’un mezzanino.
    Le 25 mai 1571, le pape Pie V fonde la Sainte Ligue pour livrer la dernière croisade. De toute l’Europe, sauf de France, les chevaliers accourent pour prendre part, en octobre 1571, à la bataille de Lépante.
    Quatorze Mentonnais s’engagent sous la bannière espagnole et s’embarquent sur deux galères appartenant aux Grimaldi, «La Capitana» et «La Patrona», commandées par deux d’entre eux : Laurent Rossi et Jacques Laurenti.
    Les deux navires sont fortement endommagés au cours des contacts. Huit Mentonnais trouvent la mort. Un glorieux survivant, Barthélémy Pretti, rapporte comme insigne trophée, deux lances turques et un drapeau dont la hampe sert aujourd’hui encore de croix processionnelle à la basilique Saint-Michel.
  • Langues parlées
    • Français
  • Tarifs
  • Gratuit
Ouvertures
Périodes d'ouverture
  • Toute l'année 2022
    Ouvert Tous les jours
Nos suggestions