Sentier Le Corbusier : la promenade continue

OFFICE DE TOURISME MENTON RIVIERA MERVEILLES

Sentier Le Corbusier : la promenade continue

Reprenons notre promenade sur le sentier Le Corbusier, en passant l’étroite passerelle SNCF, on surplombe une petite anse aux roches découpées qui nous dépayse complètement. L’eau y est turquoise, cristalline… Hum ! Moi, ça me donne une envie forte envie de baignade, mais on ne peut pas… Trop haut et dangereux ! Il faudra attendre, pour cela, d’être sur une des premières plages du quartier de Cabbé. 

Un territoire protégé

Depuis 1979, un peu plus d’un hectare est protégé par le Conservatoire du littoral qui a pour vocation de préserver des espaces naturels. Mais à Roquebrune-Cap-Martin, nous avons une originalité, grâce à un certain Charles Edouard Jeanneret dit Le Corbusier. En effet, l’architecte a choisi un petit lopin de terre, battu par les flots pour construire un habitat minimum son célèbre cabanon. Cette construction est aujourd’hui classée Patrimoine UNESCO, j’y reviendrai…  

Cap Moderne

Au tournant des années 30, une designer de génie Eileen Gray, décide avec l’aide de Jean Badovici, architecte roumain, de construire une villa en bord de mer. Sous le nom énigmatique de E1027, ce projet devient un emblème de l’architecture moderne. 

À deux pas, Robert Rebutato ouvre son petit restaurant “ L’Etoile de Mer ”. Les voisins deviennent amis ! Le Corbusier, qui séjourne à la villa avec sa jeune épouse Yvonne, a l’idée géniale d’offrir pour l’anniversaire de sa femme un “château sur la Côte d’Azur” : le Cabanon. Puis viendront, l’atelier, où Le Corbusier créera ses projets et les Unités de camping, construites pour Rebutato.

Je vois, vous avez envie d’en savoir plus, alors programmez une visite en réservant en ligne :  Centre des Monuments Nationaux ou Cap Moderne.

Une plage peut en cacher une autre

Passez le site historique, on est tout de suite rattrapé par l’histoire : cette jolie plage est tristement célèbre, car c’est précisément ici que le corps de Le Corbusier sera ramené sur la grève le 25 août 1965. D’ailleurs l’attachement de l’architecte pour la ville était si fort qu’il voulut y être enterré avec son épouse.  

Sur cette plage, quasi-déserte, il fait bon lézarder, sans oublier son matelas, galets oblige, mais c’est surtout à l’eau qu’il faut aller : une source d’eau douce jaillit à quelques mètres du bord.  

En poursuivant on longe la voie de chemin de fer et l’ancienne propriété de Silvana Mangano qui illumina le cinéma italien dans les années 50, un saut sur le pont, quelques marches et un tunnel plus tard, on découvre la seconde plage, celle du Golfe Bleu. Assez grande et peu fréquentée, elle offre calme et quiétude à ceux qui souhaitent découvrir une autre Côte d’Azur. Attention à vos têtes : à certaines périodes, la plage devient la piste d’atterrissage du vol libre qui prend son envol du Mont Gros.  

Un peu plus loin, un certain Jacques Brel composa plusieurs de ses célèbres chansons, dont le fameux “Plat pays” sur cette terre roquebrunoise sur laquelle on peut presque tout écrire sauf qu’elle est plate !  

En pratique

Ce sentier est à pratiquer sans modération. C’est une randonnée facile, pas besoin d’un équipement spécifique, mais n’oubliez pas de prendre de quoi boire, car le sentier est sauvage. Pas de buvette ! Il est ponctuellement fermé si le département le juge nécessaire par “gros temps” ainsi que par des travaux qui peuvent être réalisés afin que votre sécurité de marche soit totale. Nos amis à quatre pattes sont les bienvenus, mais tenus en laisse. 

Christine, conseillère en séjour au bureau de Roquebrune-Cap-Martin